Le Réseau FAM pour les femmes

Bienvenue dans Le Réseau FAM©, le réseau des femmes qui veulent une vie épanouissante !

Femme qui regarde le ciel, les bras ouverts

Logo du Réseau FAM de Femmes Actives Mouv

Nous souhaitons apporter une nouvelle dynamique à toutes les femmes qui souhaitent poursuivre leurs objectifs de Réussite personnelle et professionnelle, dans le partage, la convivialité, la bienveillance et le non-jugement !

La thématique de cette année : LA CONFIANCE EN SOI ou JE SUIS À MA PLACE !

A chaque rencontre mensuelle, un Atelier Réseau apportant une nouvelle approche !

Le Réseau FAM anime des Ateliers thématiques, un lundi par mois, de 14h à 16h (heures France Métropole), via Zoom. Il est ouvert à toutes les femmes quelle que soit votre nationalité et votre pays.

“Les ateliers de lundis sont des vrais moments de partage et d’échange sur le thèmes qui méritent d’être abordés, le moment venu, par chacun de nous. Etre à l’écoute des expériences des autres participantes m’apporte à chaque fois une richesse et une nouvelle force pour avancer .🙂.Merci Femmes Actives Mouv”

Vous souhaitez participer à notre prochaine rencontre ?

il suffit de vous inscrire ci-dessous

Vous êtes la bienvue pour une 1ère réunion gratuite !*

(*) Suite à cet Atelier-Réseau vous pourrez nous rejoindre pour participer, durant une année, à nos rencontres mensuelles, en adhérant au Réseau FAM© : en savoir plus : voir ci-dessous

Prochain Atelier : le lundi 16 mai : Trouver sa JUSTE place !

Notre prochain Atelier-Réseau FAM aura lieu le lundi 11 avril, de 14h à 16h.
Le fil rouge de cette année : La confiance en soi – JE SUIS A MA PLACE
.
Le thème de cette rencontre : Se mettre en action : quels moyens et solutions pour agir efficacement

Atelier-Réseau FAM du 11 avril - Se mettre en action : quels moyens et solutions pour agir efficacement

Compte-rendu de notre Atelier-Réseau FAM du lundi 11 avril.
Le fil rouge de cette année : La confiance en soi – JE SUIS A MA PLACE
.
Le thème de cette rencontre : Se mettre en action : quels moyens et solutions pour agir efficacement.

ATELIER – SE METTRE EN ACTION

 

  1. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Recherchons d’abord la définition du mot : ACTION

Dictionnaire Robert :

  • Ce que fait quelqu’un et pourquoi il réalise une intention ou une impulsion.
  • Fait de produire un effet, une manière d’agir sur quelqu’un ou quelque chose.

 

Dictionnaire Larousse :

  • Fait ou faculté d’agir , de manifester sa volonté, en accomplissant quelque chose.
  • Synonyme : Activité

 

AGIR :

  • Faire quelque chose, entrer ou être en action – exemple : Le moment d’agir est venu !
  • Exercer une action, une influence sur quelqu’un ou quelque chose.
  • Avoir une efficacité.
  • Être efficace, jouer son rôle.

 

Trouver des synonymes de Se mettre en action

Les participantes ont trouvé :

  • S’élancer : mouvement vers l’avant
  • Verve d’action : c’est du concret
  • Oser : avoir de l’audace

Mise en marche – devenir actif – mettre en œuvre – mettre en place – commencer

 

  1. Les 7 freins qui peuvent nous empêcher de nous mettre en action :

1 – L’indécision :

  • Ce n’est pas toujours facile de prendre La bonne décision
  • Car dans toute décision, il y a du pour et du contre
  • L’important est de choisir celle qui nous convient le mieux et pourquoi on la choisi
  • Quel est l’objectif et quel résultat cela m’apportera
  • Cela permet de débloquer une situation
  • Prendre une décision est nécessaire pour Réussir

 

2- Le manque de confiance en soi :

intervention des participantes : il faut distinguer deux facteurs clés :

  • La confiance en soi se passe au niveau de nos compétences
  • L’estime de soi, c’est l’Amour de soi – avoir de l’empathie pour soi

 

3- Les conditions parfaites :

  • J’attends le moment propice
  • Je reporte au mois prochain, j’aurai plus de temps
  • L’an prochain, je prends de bonnes décisions

 

Ce qui compte, c’est le moment présent : Accepter de prendre des risques !

 

4- La peur de « l’échec » :

  • Ce mot peut être remplacé par : l’expérience – l’apprentissage
  • Tirer un enseignement de son apprentissage
  • La perfection n’existe pas, on peut toujours s’améliorer
  • L’expérience nous amène à mieux contrôler une situation

 

5- Ne pas savoir par où commencer :

  • L’organisation
  • Bien définir ses objectifs
  • Vous avez une idée mais il vous manque certains éléments
  • Accorder d’avantage d’importance aux actions à court terme
  • Diviser les grandes difficultés en petites à surmonter plus facilement
  • Elaborer un plan d’action simple

 

6- Le manque de temps :

  • Gérer son temps, ne pas se trouver des excuses
  • Différencier les moments où on est « occupé » des moments où on est « productif »

 

7- L’avis des autres :

  • Le « qu’en dira-t-on »
  • L’appréhension de décevoir, d’être jugé en retour
  • Le regard de nos »proches »

 

  1. Comment agir personnellement :

 

Avancer progressivement – Frédéric FANGET – psychologue

« Je décide de faire quelque chose de facile et dont j’ai très envie.

Je pense que je peux y arriver, j’essaie, je réussis, je me sens efficace,

Du coup j’ai envie de recommencer ! »

Renouer ave le fil de son désir et redessiner son chemin de vie

 

Regarder vers l’avenirAlain DELOURME – psychologue

« S’accomplir, c’est regarder vers l’avenir.

C’est grâce à ses projets que l’individu permet au futur de ne pas être une répétition du passé ou de ne pas se poser en simple succession mécanique du présent. »

 

MALRAUX :

« Un individu est la succession de ses actes ! »

 

Le défi est d’équilibrer les moments d’action et les instants de lâcher-prise !

Renouer avec le plaisir d’agir et cesser de passer à côté des choses importantes.

 

Cesser de rêver sa vie et devenir capable de vivre ses rêves !

Atelier-Réseau FAM du lundi 14 mars - Nos peurs
NOS PEURS : Qu’elles sont-elles et comment les empêcher d’être un frein dans notre développement personnel et professionnel ?

 

RAPPEL de l’Atelier précédent :

 

Il existe 6 émotions simples : la joie – la tristesse – LA PEUR – le dégoût – la surprise et la colère.

Le rôle de ces émotions : Nous informer de la relation que nous entretenons avec notre environnement extérieur.

 

LA PEUR :

 

La peur est une émotion d’anticipation.

Elle nous informe d’un danger ou d’une menace rationnelle ou irrationnelle (réelle ou potentielle). Elle SEMBLE nous protéger mais la réalité peut-être toute autre. Elle peut nous empêcher d’AGIR.

 

Nous avons 3 comportements face à la peur : la fuite – se figer – la lutte

 

Citez des états liés à la peur :

  • Corporels : la boule au ventre ou dans la gorge, l’augmentation du rythme cardiaque, des tremblements, la difficulté de respirer,…
  • Mental : les angoisses, l’anxiété, le stress, la panique, la terreur, la méfiance,…

 

Il existe 6 peurs fondamentales : qui peuvent nous animer tout au long de notre existence.

 

  • 3 peurs de société :

 

  1. La peur de la pauvreté: Dans un système où l’argent est valorisé, les difficultés financières peuvent nous mettre dans une situation de victime.

 

  1. La peur de la critique, de l’humiliation: Une mauvaise expérience liée à l’enfance peut rester des années dans l’inconscient. Exemple : En classe, les élèves se sont moqués de moi après une mauvaise réponse.

 

  1. La peur de la maladie: La peur partagée par l’inconscient collectif. Il y a un rapport indissociable entre le corps et l’esprit. La colère, la haine, la jalousie, la vengeance peuvent rendre malade.

On dit que l’AMOUR guérit !

 

  • 3 peurs individuelles:

 

  1. La peur de mourir: Le vide, l’inconnu et le caractère imprévisible nous font peur.

 

  1. La peur de vieillir: Nos capacités s’atténuent à mesure que nous prenons de l’âge.

 

  1. La peur de perdre l’objet de son amour/un être cher.

 

La peur et notre cerveau : Notre cerveau déteste la NOUVEAUTE !

Chaque situation vécue est rattachée à un code émotionnel lié à des vibrations fortes.

 

 

Nous avons aussi les peurs de la temporisation.

 

Définition de temporiser : Différer d’agir, par calcul, dans l’attente d’un moment plus favorable.

 

Exemples :

  • La peur de la perfection (rejet des gens)
  • La peur de l’inconnu (besoin de sécurité)
  • La peur de commettre des erreurs
  • La peur d’être jugé (regard des autres)
  • La peur du succès
  • La peur d’voir à maintenir un haut niveau
  • La peur du changement

 

  • La peur des responsabilités
  • La peur d’éprouver des émotions désagréables
  • La peur de terminer ce qu’on a commencé (souvent par manque de perspective de l’après)
  • La peur du rejet (on te rejette pour ce que tu es ou de part ton comportement)
  • La peur de prendre de mauvaises décisions.
  • La peur de l’échec.
  • La peur de mal faire.
  • La peur de ne pas avoir le temps.

 

Il y a les peurs inhibantes :

On se donne des excuses, on se décharge pour ne pas faire les choses importantes.

Exemples :

  • Les excuses : c’est la faute des autres, ce n’est pas le moment, je le ferai plus tard
  • Le temps qui passe : ce n’est plus de mon âge, je n’ai plus l’énergie,
  • Le jeu de pouvoir : je décide de le faire plus tard
  • Le plaisir immédiat : je choisi de faire quelque chose de plus intéressant.

 

Il existe 9 clés pour sortir de nos peurs :

Voici un exercice que vous pouvez réaliser : Choisissez 2 ou 3 clés sur lesquelles vous pourriez agir en posant des actions concrètes.

 

  • S’accepter : ex : j’aimerais être une meilleure maman, meilleure au travail.
  • Se connaitre : ex : j’aimerais mieux gérer mes émotions
  • Etre honnête envers soi : ex : ne plus me trouver d’excuses à la procrastination.
  • Agir dans l’action : ex : se poser des limites de temps pour faire les choses importantes
  • Faire taire la critique : ex : apprendre à se servir du mental grâce à la méditation, la cohérence cardiaque
  • Accepter l’échec : ex : accepter l’échec pour mieux rebondir
  • S’affirmer : ex : dire les choses au bon moment
  • Etre empathique : ex : se mettre à la place des gens.
  • S’appuyer sur les autres : ex : demander de l’aide quand on en ressent le

 

Les 3 piliers pour réussir sont :

  • L’amour de soi.
  • L’image de soi.
  • La confiance en soi

 

Conclusion :

 

La peur est une émotion incontournable.

C’est un signe constructif si nous avons les outils pour l’identifier et ne plus la subir.

 

Nous sommes bien plus que nos émotions et nous pouvons tout à fait décider de les comprendre pour nous connaître d’avantage.

 

Comment réagir face à nos peurs :

 

Nous avons vu plus haut que notre cerveau fonctionnait d’une certaine façon : Il n’aime pas la nouveauté et va chercher les informations dans ce qui a déjà été vécu. Il ne fait pas de différences entre le passé, le présent et le futur, ni le réel et l’imaginaire.

 

Chaque situation vécue est rattachée à un code émotionnel lié à des vibrations fortes.

 

J’ai le droit d’avoir peur. C’est un compagnon de vie que j’aurai toute ma vie ! Mais je peux leur donner moins de place !

 

En partant de cette réalité, il est important de se créer une bibliothèque de transformation qui va stocker des situations positives dans notre cerveau.

Nous allons lui donner des souvenirs de réussite – de victoire – de joie – de plaisir pour transcender nos peurs, leur faire prendre moins de place.

 

Chaque fois que j’ai réalisé une action qui m’apporte de la satisfaction, de la fierté, qui me met en valeur, … je prends le temps d’intégrer ce moment pour créer un souvenir plaisant. Mon cerveau ira, également, trouver ces vibrations fortes lors de situations qui se présenteront pour me donner un code émotionnel positif !

 

 

Notre prochain atelier du lundi 11 avril, aura pour thème :

  • Se mettre en action : quels moyens et solutions pour agir efficacement

 

Atelier-Réseau FAM du lundi 14 février - Nos émotions : qui sont-elles ?
Durant cet atelier du Réseau FAM, nous avons échangé sur Les émotions, qui sont-elles ?

Comment leur permettre d’exister sans qu’elles ne prennent trop de place ?

Cet atelier a été réalisé par Erika BERGER (formatrice FAM) et animé par Claudine VERGAERT 

.

Voici le déroulé :

Définir une émotion pour en faire un concept n’est pas si simple, car l’émotion est avant tout quelque chose que nous ressentons. A la source de notre émotion, il y a une sensation corporelle que nous percevons (quand nous y prêtons attention). Ensuite, cette sensation va grandir et entrainer différentes réactions de notre corps, comme le cœur qui bat plus fort ou des larmes. C’est ainsi, et parce que nous avons appris à mettre des mots sur ces sensations, que nous allons nommer notre émotion.

.

Nous avons les émotions simple qui sont au nombre de 6 : joie, peur, tristesse, dégoût, surprise, colère.

Chaque émotion simple possède une variété de degrés : par exemple la joie peut passer du simple « je suis content « à « je suis très heureux » puis plus intense « je suis fou de joie » cette variabilité donne une coloration a nos émotions et permet de parler de l’intensité plus ou moins ressentie. L’émotion a toujours ce rôle de nous informer de la relation que nous entretenons avec notre environnement extérieur.

.

Nous avons aussi les émotions mixtes ou complexes : nous retrouvons ici la culpabilité, la jalousie, la pitié ou l’amertume.

Les émotions mixtes ont l’apparence des émotions mais, en fait, elles n’en sont pas totalement ! En effet, l’émotion mixte possède à la fois, un brin d’émotions mais aussi un soupçon de positive défensive.

Si les émotions simples nous informe, on peut dire que les émotions mixte tentent de nous désinformer car elles ne rendent pas totalement compte de notre ressenti exact. Pour rappel, les positions défensives sont des processus qui permettent de mieux vivre une situation jugées dangereuse pour l’intégrité physique. En clair, si les mécanismes de défenses n’existaient pas, nous pourrions sombrer dans la folie. Toutefois, les mécanismes de défenses, même s’ils ne sont pas pathologiques en soi, doivent être souples et diversifies pour nous aider à bien vivre avec les autres et avec nous même.

.

Voici, aussi, les pseudo-émotions : l’arrogance, la bizarrerie, le calme, le désespoir, l’exclusion, la drôlerie, le rejet, la manipulation, la timidité, la violence, la trahison…

Il existe chez l’être humain un certain nombre de métaphores pour exprimer notre état mais il ne semble pas juste de parler d’émotions avec exactitude. Par exemple : »je me sens ridicule ». Quelle est l’émotion ici ?

En fait, nous ne pouvons pas le dire à partir de cette simple phrase. C’est sans doute à la fois de la honte, qui n’est pas une émotion, peut être au fond de la tristesse ou de la colère ? Mais l’émotion n’est pas visible.

.

Elles appartiennent au registre des attitudes, des évaluations ou des états.

-l’attitude, c’est la manière dont je vais réagir : « je suis hostile ».par exemple, cette phrase montre que je vais agir de manière hostile envers une personne.

-l’évaluation, c’est la manière d’évaluer son état affectif : « je me sens bête ». Finalement je ne devrais pas dire je me sens bête mais je me trouve bête.

-l’état, c’est parler de son ressenti mais pas toujours directement de l’émotion, bien que nous sentions qu’elle ne soit pas très loin ! Ici nous pouvons dire par exemple : « je suis fatigué ».

.

Et, enfin, les émotions repoussées : comme leur nom l’indique, ces émotions résultent du fait que nous repoussions nos émotions, c’est-à-dire, que nous

tentions de les refouler.

Elles viennent donc s’exprimer de manière forte dans le corps. Mais l’émotion elle-même en cause n’est ici pas visible au premier plan.

C’est donc à ce niveau que nous allons retrouver l’angoisse. Elle se distingue de la peur, qui est une émotion simple, par le fait qu’elle n’a pas d’objet. Quand nous somme angoissés, nous ne savons pas vraiment qu’elle en est la cause. Cela vient de notre intérieur et ne semble pas en lien avec notre environnement direct.

Ce n’est pas le cas de la peur, qui est une réaction directe à ce que nous rencontrons dans notre environnement ? J’ai peur des chiens, et j’ai besoin d’en avoir un en face de moi pour ressentir vraiment de la peur.

.

L’angoisse, tout comme l’émotion, prend naissance dans le corps.

Nous ressentons fortement le plan corporel de l’angoisse. Si celle-ci nous envahit, elle peut être forte et faire mal.

Dans les émotions repoussées, nous avons également ce que nous appelons les phénomènes psychosomatiques et les somatisations.

.

Les somatisations, nous ressentons des douleurs corporelles qui n’ont pas de réalité sur le plan médical.

.

Les maladies psychosomatiques, à force de tout intérioriser, le corps va développer des maladies de peau entre autres

Ainsi le corps est une porte privilégiée pour parler de nos émotions et de nos ressenti quand ceux-ci ne peuvent pas se verbaliser

D’où mettre des mots sur les maux !

.

Les 3 piliers pour réussir sont :

  • L’amour de soi.
  • L’image de soi.
  • La confiance en soi

 

Lors de notre prochain atelier du lundi 14 mars, nous échangerons sur :

  • Nos peurs
  • Nos croyances limitantes

Au plaisir de partager ce moment avec vous !

Atelier-Réseau FAM du lundi 17 janvier - La confiance en soi
Durant cet atelier du Réseau FAM, nous avons pu partager, en toute simplicité et convivialité, sur ce que – La confiance en soi – représentait pour chacune d’entre nous. Cet échange que vous avez permis d’être riche en expériences, nous a apporter de nouvelles ouvertures et réflexions.

Je vous remercie pour votre sincérité et je vous envoie ci-dessous les notes que j’ai prises.

.

Définissez en quelques mots ce qu’est La confiance en soi :

  • Oser être soi-même, être à la hauteur
  • Apprivoiser ses peurs, faire des choix, se sentir respirer, sortir de sa zone de confort, prendre des risques
  • Estime de soi-même, une bonne image de soi et surtout de l’Amour
  • Être sereine et sûre de soi
  • Faire ses propres expériences
  • Savoir évoluer, oser être soi
  • Solidité, stabilité intérieure qui évite de se laisser influencer par les doutes, ancrage
  • Amour de soi, d’abord, et pour les autres, se pardonner, accepter les situations d’« échec » qui sont des expériences à en tirer et de l’apprentissage
  • Reconnaître ses forces, ses qualités, ses compétences
  • Je suis capable de ..., je suis à la hauteur
  • Quand l’intérieur et l’extérieur sont parfaitement alignés

 

L’Arbre : dessiner un arbre qui nous représente

  • Nos racines – l’Ancrage dans le sol qui nous nourrit et nous renforce (exercice)
  • Les branches et le feuillage qui prennent l’énergie du ciel

 

Dans quelle situation perdez-vous confiance en vous ?

  • Quand je ne vais pas au bout des choses
  • Quand je ne me laisse pas le temps
  • Quand je fais une erreur « impardonnable »
  • La peur de ne pas y arriver, le désespoir, la peur de me tromper
  • Le rapport aux autres, se sentir avec moins d’expérience
  • Quand je m’aventure sur un terrain inconnu, je me remets en question, j’ai des pensées limitantes, je n’ose pas
  • Quand je sors de ma zone de contrôle, de confort
  • Le doute et l’incertitude me mets dans l’immobilisme (exemple : parler en public)
  • La prise de risque, quand je n’arrive pas à faire une tâche particulière, la procrastination, source de stress.
  • Quand il y a des remarques – l’émotionnel

 

Quelques pistes pour m’aider :

Faire le lien avec nos racines (l’arbre) et ce qui a été défini dans – La confiance en soi

La connaissance de soi

L’expérience, la répétition

Mais aussi, le lâcher-prise, le détachement, prendre de la distance…

 

Je vous souhaite tout le meilleur !

 

Lors de notre prochain atelier-réseau du lundi 14 février, nous pourront aborder :

  • Les émotions : qui sont-elles et comment leurs permettre d’exister sans qu’elles ne prennent trop de places ?
  • Nos peurs
  • Nos croyances limitantes

 

Si vous êtes intéressées de poursuivre ses échanges, vous pouvez nous rejoindre et adhérer au Réseau FAM. Nous pourrons, ainsi, continuer à prendre de soin de nous tout en partageant nos idées, nos connaissances et nos expériences, en toute bienveillance !

Femmes Actives Mouv soutien l’association Couleurs du monde en parrainant des familles pour aider les enfants à faire des études.

“Couleurs du Monde” est une association de parrainage d’aide à Madagascar, au Bénin et en Inde, de femmes pauvres et seules, veuves ou abandonnées, avec des enfants scolarisés à charge.

 

 

Actuellement, notre famille à Madagascar