Yoga – Asana parle moi du Soi

Yoga – Asana parle moi du Soi

Le mot yoga ou yuj signifie atteler, unir, joindre.Yoga - Asana parle moi du Soi - article Janvier 2018

Il défini l’union entre le Soi – atman – et la Conscience cosmique et universelle. C’est entre autre par la pratique des asana c’est à dire des postures, que les hatha yogis acquièrent cette union entre la conscience « individuelle »  et la conscience « universelle ».

.

Les asana sont un dixième de ce que représente le yoga!

Elles sont la partie visible de l’iceberg et sont un des moyens vers la quête de l’éveil.

.

Dans la conception occidentale et pour beaucoup, le yoga consiste à enchaîner des postures et à être parfaitement fort et souple. Quelques soient les raisons de la pratique à savoir bien-être ou spirituelle il est bon se savoir comment les pratiquer.

.

A la base, le hatha yoga était réalisés par des yogis qui avaient des possibilités physiques dignes des contorsionnistes. Ne vous arrêtez pas aux apparences et à vos raideurs chacun fait avec le corps qu’il a. Ce qui est important c’est ce qui se passe en vous lorsque vous pratiquez. Etre réactives-fs aux prouesses de votre voisin(e) de tapis ne vous rendra pas plus souple. Chacun son corps! Cette dualité fait partie de votre chemin. Observez-la et laissez-la aller

.

« Si vous vous crispez lorsque vous sentez une tension celle-ci persistera. Il faut accepter de lâcher ce mécanisme de défense pour que la conscience se manifeste. »

 .

La  pratique

Ne cherchez pas la régularité dans votre pratique. Peut-être au départ en aurez vous besoin mais ne vous obliger par à prendre un rythme. Les asana c’est avant tout un appel. Répondre à cet appel c’est être à l’écoute de Soi.

.

Sur votre tapis laissez faire cette écoute. La posture que vous avez à faire s’imposera d’elle même. Faites-vous confiance. Lorsque l’écoute a pris place l’inattendu se produit.

.

Il y a deux façon de pratiquer. La première c’est celle qui est technique: l’apprentissage des placements, la conscience que vous portez au corps et à l’esprit, la disponibilité à vous-même, la maîtrise de votre souffle, les muscles à contracter etc. Tant que vous intellectualisez la pratique vous restez dans une discipline physique.

.

La seconde est l’ouverture de votre être. C’est cette pratique où vous laissez la posture venir à vous. Vous vous laissez faire. La posture s’impose d’elle-même. Vous n’avez pas à faire intervenir votre mental. Elle vous apparaît et vous savez que vous devez vivre cette posture. Vous en faites l’expérience. Il n’y a plus rien à contractez volontairement, le corps se place de lui même. Le corps sait et la confiance que vous lui accorder s’installe. Il n’y a plus d’efforts à fournir. Vous n’êtes plus posé dans l’asana c’est l’asana qui se pose en vous. Tout votre être se dilate. Votre corps fond dans la matière, vous ne sentez plus que sa vibration. Il n’y a plus de résistances. Vos boucliers s’écroulent, vous êtes absorbé par votre propre ouverture. Vous êtes en suspension dans l’espace, comme une marionnette pendue par ses fils. Vous accueillez tout ce qui se présente à vous. Vos mémoires se libèrent laissant place à l’émotion que vous laissez glisser comme l’eau sur le lotus.  Vous pouvez rester indéfiniment. La posture est sans efforts. Il n’y a plus compétitions, doutes ou jugements.  Il n’y a plus identification au corps. Vous êtes sans limites. Vous découvrez un nouvel aspect de votre être, une expansion de vous même.

.

La posture avant , pendant et après

La finalité de la posture n’est pas un but en soi. Qu’on le veuille ou non c’est le chemin qui compte et pour cela la posture commence dès vos premiers placements pour vous installez dans l’asana. Chaque geste est une opportunité d’être « ici et maintenant » en vous invitant à la pleine conscience de vos mouvements.

.

Lors de votre position en statique que reste-t-il ? Votre souffle, vos éventuelles tensions,vos sensations, vos pensées etc. E C O U T E Z ce flux constant qui vous traverse. C’est dans les moments de silence qu’on est face à son propre écho. Etre à l’écoute c’est avoir l’audace de se mettre à nu face à soi même, d’affronter ce qui nous dérange et de faire face à nos blessures pour les laisser aller.  S’adonnez à l’ouverture et constater que votre corps n’est pas dissocié de votre esprit fait que vous êtes déjà U N avec vous-même. C’est l’illusion de la séparation entre la matière et l’esprit qui vous empêche de voir que l’âme et le corps partagent la même substance énergétique.

.

Cette présence-conscience est la même lorsque vous quittez la posture statique. Le plus lentement possible et accompagné par votre souffle, le corps emprunte le chemin inverse pour revenir à une posture dite de repos. Finalement il n’en ai rien car pour qu’il y ait repos il faut qu’il y ait effort.

.

La quatrième et dernière étape de la posture est la phase « digestive », celle qui libère les tensions, maux, mémoires et ré-équilibre les énergies de vos corps physiques et subtils. Dans le silence qui fait place à la quiétude il y a non-écoute.

.

Dans l’approche tantrique du Cachemire, le temps de repos équivaut au temps passé dans la posture. Cependant pour les yogis qui méditent pendant entre 4 et 8 heures dans une asana il n’y a ni temps de repos et encore moins temps d’effort. La méditation est permanente et les asanas ne sont qu’un chemin pour expérimenter le SOI.

.

Toutefois chaque posture décèle une force vibratoire et un pouvoir extra-ordinaire et puissant et vous offre l’opportunité de vous révéler à vous même et de rencontrer votre propre Soi.

.

Article de Sarah Robert -Professeur de Yoga (Janvier 2018)
06.68.10.56.47
Son site internet  : www.treehome.fr

Découvrir Sa page professionnelle 

En savoir plus : Yoga professeur – les articles métier